Carceropolis, voir autrement la prison http://carceropolis.fr/ fr SPIP - www.spip.net Carceropolis, voir autrement la prison https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L144xH120/siteon0-cd45f.png?1516799073 http://carceropolis.fr/ 120 144 L'encre de la liberté : de la prison à la scène slam https://carceropolis.fr/L-encre-de-la-liberte-de-la-prison-a-la-scene-slam https://carceropolis.fr/L-encre-de-la-liberte-de-la-prison-a-la-scene-slam 2021-04-20T14:49:19Z text/html fr Détenus & vie quotidienne <p>Portrait d'un homme qui a voulu tourner définitivement la page de la criminalité afin d'entamer sa reconstruction par le biais de la musique. <br class='autobr' /> La vie de Romain aurait pu se résumer à onze ans de prison pour complicité dans l'assassinat de la députée Yann Piat. Condamné et incarcéré, il est l'exemple d'un cheminement réussi, de prise de conscience et de réhabilitation. Il raconte comment la bande de " baby killers " a été manipulée et comment cette équipe d'ados est montée en puissance en commettant des (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-vie-quotidienne-+" rel="tag">Détenus & vie quotidienne</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L99xH150/arton887-928fb.png?1618930847' width='99' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Portrait d'un homme qui a voulu tourner définitivement la page de la criminalité afin d'entamer sa reconstruction par le biais de la musique.</p> <p>La vie de Romain aurait pu se résumer à onze ans de prison pour complicité dans l'assassinat de la députée Yann Piat. Condamné et incarcéré, il est l'exemple d'un cheminement réussi, de prise de conscience et de réhabilitation. Il raconte comment la bande de " baby killers " a été manipulée et comment cette équipe d'ados est montée en puissance en commettant des petits larcins.</p> <p>Romain retrace sa jeunesse chaotique, son parcours de délinquant, la violence, les mauvaises fréquentations, la rue et ses lois en vigueur dans le monde cruel des malfrats du Var.<br>Vient ensuite le procès, la prison, puis la résilience par la lecture et la musique. Il livre un tableau sans concession d'une bande de délinquants et celle d'un homme qui a fermé définitivement la page de la criminalité en entamant sa reconstruction.</p> <p>Aujourd'hui, Romain est devenu Pagan, artiste de slam.<br></p></div> Crime et fonction de la prison : privation de liberté, corps et sens de la peine https://carceropolis.fr/Crime-et-fonction-de-la-prison-privation-de-liberte-corps-et-sens-de-la-peine https://carceropolis.fr/Crime-et-fonction-de-la-prison-privation-de-liberte-corps-et-sens-de-la-peine 2021-04-20T14:19:36Z text/html fr Politiques carcérales Détenus & vie quotidienne <p>Objectif : l'objectif de cet article est de montrer que la peine d'emprisonnement, sans un travail sur le sens de celle-ci, engendre un accroissement de violence, impulsivité, colère, angoisse et haine, affects dont nous montrerons les liens avec la notion lacanienne de jouissance. Méthode : analyse des textes fondateurs de la conception moderne de la prison articulée à la méthodologie de l'entretien clinique pratiqué dans le cadre du travail psychologique/psychothérapeutique mené durant six ans, (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Politiques-carcerales-+" rel="tag">Politiques carcérales</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-vie-quotidienne-+" rel="tag">Détenus & vie quotidienne</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L108xH150/arton886-05b13.png?1618929953' width='108' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Objectif : l'objectif de cet article est de montrer que la peine d'emprisonnement, sans un travail sur le sens de celle-ci, engendre un accroissement de violence, impulsivité, colère, angoisse et haine, affects dont nous montrerons les liens avec la notion lacanienne de jouissance.<br>Méthode : analyse des textes fondateurs de la conception moderne de la prison articulée à la méthodologie de l'entretien clinique pratiqué dans le cadre du travail psychologique/psychothérapeutique mené durant six ans, dans les prisons françaises, avec les personnes détenues.<br>Résultats : les résultats, tirés des entrevues et des observations conjointes à une révision historique de la prison et de sa place dans une société républicaine et démocratique, montrent que la peine privative de liberté doit s'accompagner d'un travail autour du crime, envisagé comme un événement traumatique pour son auteur.<br>Conclusions : les deux objectifs de la peine de prison – amendement du criminel et réinsertion sociale – ne pourront être atteints sans un accompagnement des personnes détenues, de leur vie, des raisons de leurs actes, et leur capacité d'adaptation à la détention. Faute de ce travail, le corps prendra le dessus s'exprimant par des actes ou des affects extrêmes dirigées contre lui-même ou les autres.<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/revue-cliniques-mediterraneennes-2020-2-page-193.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/revue-cliniq...</a></div> La Prison au delà des murs https://carceropolis.fr/La-Prison-au-dela-des-murs https://carceropolis.fr/La-Prison-au-dela-des-murs 2021-04-20T14:17:30Z text/html fr Alternative à la prison Politiques carcérales Détenus & vie quotidienne <p>On ne peut plus guère aujourd'hui penser la prison comme un univers clos où sont cloîtrés durant leur peine ceux que nous avons décidé de punir. Ce n'est pas seulement à cause de la présence des moyens de communication, des visites et autres interventions extérieures qui s'y déroulent quotidiennement. C'est surtout parce que la peine s'est diversifiée au point d'ouvrir pendant l'enfermement de multiples perspectives de retour à la vie libre. C'est toute la différence entre la peine prononcée et la peine (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Alternative-a-la-prison-+" rel="tag">Alternative à la prison</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Politiques-carcerales-+" rel="tag">Politiques carcérales</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-vie-quotidienne-+" rel="tag">Détenus & vie quotidienne</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L121xH150/arton885-bac51.png?1618929953' width='121' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>On ne peut plus guère aujourd'hui penser la prison comme un univers clos où sont cloîtrés durant leur peine ceux que nous avons décidé de punir. Ce n'est pas seulement à cause de la présence des moyens de communication, des visites et autres interventions extérieures qui s'y déroulent quotidiennement. C'est surtout parce que la peine s'est diversifiée au point d'ouvrir pendant l'enfermement de multiples perspectives de retour à la vie libre. C'est toute la différence entre la peine prononcée et la peine exécutée que l'opinion publique a tant de mal à comprendre. Une fois prononcée, une peine peut se diffracter, s'aménager, s'ouvrir à un parcours d'individualisation jalonné de micro-décisions. On ne peut donc plus guère penser la prison comme une institution « totale » comme on a eu trop l'habitude de le faire. Pas davantage la peine comme une entité homogène. La division binaire entre dedans et dehors n'est guère en phase avec la réalité. Voilà pourquoi ce dossier des Cahiers de la justice analyse cet « entre-deux » où se joue la reconquête d'une liberté sans faire disparaître, au contraire, l'espace de la surveillance.<br>On retrouve ici la théorie de l'extension du filet pénal (net widening) sous couvert d'un objectif de soutien social. L'expérience vécue des détenus, selon Olivier Razac, Fabien Gouriou et Jérôme Ferrand, évoque à bien des égards cette approche. Selon eux, toute perspective de sortie est difficile à assumer compte tenu de sa « surcharge punitive ». Si les détenus acceptent le principe de la peine, ils portent son stigmate quand ils la vivent hors les murs…<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-la-justice-2020-1-page-1.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/revue-les-ca...</a></div> Soins et prison. Enquête auprès de détenus gravement malades https://carceropolis.fr/Soins-et-prison-Enquete-aupres-de-detenus-gravement-malades https://carceropolis.fr/Soins-et-prison-Enquete-aupres-de-detenus-gravement-malades 2021-04-20T14:15:06Z text/html fr Santé Détenus & vie quotidienne <p>En donnant la parole à une minorité fortement discriminée, les détenus en fin de vie, l'ouvrage interroge l'expérience de la maladie grave et le sens de la punition. Le thème de la maladie en prison est un sujet sensible qui intéresse divers champs des sciences humaines et de la politique, du droit, de la médecine. Plusieurs histoires ont récemment traversé notre actualité, celle de Patrick Henry ou celle du prix Nobel chinois Liu Xiaobo. La question de la mort en prison reste controversée quel que soit (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Sante-+" rel="tag">Santé</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-vie-quotidienne-+" rel="tag">Détenus & vie quotidienne</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L98xH150/arton884-cea77.png?1618928131' width='98' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>En donnant la parole à une minorité fortement discriminée, les détenus en fin de vie, l'ouvrage interroge l'expérience de la maladie grave et le sens de la punition.<br>Le thème de la maladie en prison est un sujet sensible qui intéresse divers champs des sciences humaines et de la politique, du droit, de la médecine. Plusieurs histoires ont récemment traversé notre actualité, celle de Patrick Henry ou celle du prix Nobel chinois Liu Xiaobo. La question de la mort en prison reste controversée quel que soit le système carcéral et politique parce qu'elle touche profondément à ce qui fonde notre humanité. Dans cette « double épreuve », les détenus gravement malades nous révèlent en filigrane ce qui semble acceptable ou inacceptable, juste et injuste à notre société.<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/soins-et-prison--9782749265100.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/soins-et-pri...</a></div> Comment être parent en prison ? https://carceropolis.fr/Comment-etre-parent-en-prison https://carceropolis.fr/Comment-etre-parent-en-prison 2021-04-20T14:13:15Z text/html fr Détenus femmes Détenus & vie quotidienne Famille / extérieur <p>L'incarcération d'un père ou d'une mère engendre une séparation brutale avec ses enfants qui se trouvent exposés à de nombreux risques liés à leur bien-être physique, émotionnel, psychologique et social. Elle rend problématique le maintien des liens enfants-parents et entraîne une limitation de l'exercice de la parentalité. Comment rester parent malgré la détention ? Cette difficile question est ici abordée du point de vue du droit, de la psychologie, de la sociologie. De la présentation de l'état du droit au (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-femmes-+" rel="tag">Détenus femmes</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-vie-quotidienne-+" rel="tag">Détenus & vie quotidienne</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Famille-exterieur-+" rel="tag">Famille / extérieur</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L95xH150/arton883-1e953.png?1618928131' width='95' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>L'incarcération d'un père ou d'une mère engendre une séparation brutale avec ses enfants qui se trouvent exposés à de nombreux risques liés à leur bien-être physique, émotionnel, psychologique et social. Elle rend problématique le maintien des liens enfants-parents et entraîne une limitation de l'exercice de la parentalité. Comment rester parent malgré la détention ? Cette difficile question est ici abordée du point de vue du droit, de la psychologie, de la sociologie.<br>De la présentation de l'état du droit au recueil de la parole de parents en prison, cet ouvrage allie approches fondamentales et données issues d'une recherche de terrain qui permet de saisir au plus près la réalité et les problématiques spécifiques de la parentalité en prison. En contre-point, le témoignage d'une personne adulte, qui, pendant toute son enfance, a vu son père emprisonné, offre une plongée dans le vécu des relations enfant-parent détenu.<br>Enfin, les auteurs proposent des points de repères pour penser et améliorer les pratiques professionnelles au regard des enjeux de l'accompagnement de la parentalité en prison qui constitue un véritable défi pour les institutions.<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/comment-etre-parent-en-prison--9782749265834.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/comment-etre...</a></div> La question de la mort en prison https://carceropolis.fr/La-question-de-la-mort-en-prison https://carceropolis.fr/La-question-de-la-mort-en-prison 2021-04-20T14:11:03Z text/html fr Santé <p>La mort en prison est un sujet qui, aujourd'hui, nous interpelle d'autant plus qu'il est parfois abordé, non sans réserve et ambivalence, par les personnes détenues elles-mêmes. Que peut bien nous évoquer ce terme auquel la réalité quotidienne ne manque pas de nous confronter ? Que peuvent nous en dire les personnes détenues, interrogeant par là même les accompagnements soignants et psychologiques ? Le contexte en maison centrale, où nous rencontrons des personnes incarcérées pour de longues peines et (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Sante-+" rel="tag">Santé</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L109xH150/arton882-a39e3.png?1618928131' width='109' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>La mort en prison est un sujet qui, aujourd'hui, nous interpelle d'autant plus qu'il est parfois abordé, non sans réserve et ambivalence, par les personnes détenues elles-mêmes. Que peut bien nous évoquer ce terme auquel la réalité quotidienne ne manque pas de nous confronter ? Que peuvent nous en dire les personnes détenues, interrogeant par là même les accompagnements soignants et psychologiques ? Le contexte en maison centrale, où nous rencontrons des personnes incarcérées pour de longues peines et parfois condamnées à perpétuité, nous met face à ce vécu de la mort en prison. Et c'est ce vécu des personnes détenues, mais également celui des soignants qui nous ont conduit à cette réflexion que nous avons souhaité partager avec vous.<br>La question de la mort, bien que n'étant pas souvent au premier plan, plane dans cette atmosphère de l'incarcération – faut-il rappeler la plupart des motifs qui ont pu conduire nombre d'entre eux dans ces murs ? La mort de l'autre, la mort de soi, les angoisses et les cauchemars, les histoires de vie où des parts de soi sont vécues comme mortes… tout cela suinte au quotidien et génère de manière plus ou moins intense la mise en place de mécanismes de défense pour tenir. Mais tenir quoi, ou plutôt qui ?<br>La clinique nous invite à reprendre ces questions, tissant ce lien ténu qui alimente la rencontre avec l'autre et suscite ce sentiment de responsabilité dont parlait si brillamment Emmanuel Levinas (1986).<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2021-3-page-54.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/revue-le-jou...</a></div> La médiation équine : réinsertion psychosociale des personnes détenues https://carceropolis.fr/La-mediation-equine-reinsertion-psychosociale-des-personnes-detenues https://carceropolis.fr/La-mediation-equine-reinsertion-psychosociale-des-personnes-detenues 2021-04-20T14:08:05Z text/html fr Atelier socioculturels Santé <p>Depuis le début des années 2000, le recours à des programmes mettant en relation des humains incarcérés et des animaux s'intensifie. La structuration de ces programmes a été rendue indispensable pour les intégrer dans la boîte à outils de l'insertion et de l'accompagnement de la peine. Des réflexions ont été menées au sein de l'institution pénitentiaire qui ont contribué à délimiter le champ de la médiation animale, celui de la sécurité dynamique, et d'en définir les objectifs : désengagement de la violence, (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Atelier-socioculturels-+" rel="tag">Atelier socioculturels</a>, <a href="https://carceropolis.fr/+-Sante-+" rel="tag">Santé</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L109xH150/arton881-27a9e.png?1618928131' width='109' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Depuis le début des années 2000, le recours à des programmes mettant en relation des humains incarcérés et des animaux s'intensifie. La structuration de ces programmes a été rendue indispensable pour les intégrer dans la boîte à outils de l'insertion et de l'accompagnement de la peine. Des réflexions ont été menées au sein de l'institution pénitentiaire qui ont contribué à délimiter le champ de la médiation animale, celui de la sécurité dynamique, et d'en définir les objectifs : désengagement de la violence, développement de meilleures habiletés relationnelles, et capacité de se mobiliser dans son parcours de vie et des sous-objectifs en lien avec l'estime de soi, la confiance en soi, l'autonomisation grâce à un travail autour des sensations, des émotions, des besoins, des valeurs, des codes sociaux.<br>En quoi la mise en relation intentionnelle d'une personne détenue et d'un cheval peut-elle contribuer à la réinsertion psychosociale, une des missions de l'administration pénitentiaire, spécifiée dans l'article 2 de la loi pénitentiaire de 2009, dans les préconisations des Règles pénitentiaires européennes ou encore celles des Règles européennes de la probation ou bien le Référentiel des pratiques opérationnelles des spip (services pénitentiaires d'insertion et de probation) ?<br>Un détour par la symbolique véhiculée par cet animal va nous permettre un début de réponse.<br>« Seabird, c'est ma plus belle expérience. Une expérience émotionnelle, sensorielle et sensationnelle…<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2021-3-page-33.htm" class="spip_out">https://www.cairn.info/revue-le-jou...</a></div> Théâtre en prison https://carceropolis.fr/Theatre-en-prison https://carceropolis.fr/Theatre-en-prison 2021-04-20T14:06:10Z text/html fr Atelier socioculturels <p>La culture en prison est un droit, au même titre que l'éducation et la santé. Elle participe pleinement au parcours de réinsertion d'une personne détenue. Dans certains établissements pénitentiaires, le théâtre s'immisce dans le temps d'incarcération… Sortir de l'ombre Résistance à l'enfermement Reportage : Prendre le large avec Marius Rencontre de cœur Rêve de liberté Entretien avec Jean-Michel Gremillet : Culture en prison. Un droit (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Atelier-socioculturels-+" rel="tag">Atelier socioculturels</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L106xH150/arton880-697fd.png?1618928131' width='106' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>La culture en prison est un droit, au même titre que l'éducation et la santé. Elle participe pleinement au parcours de réinsertion d'une personne détenue. Dans certains établissements pénitentiaires, le théâtre s'immisce dans le temps d'incarcération…<br>Sortir de l'ombre<br>Résistance à l'enfermement<br>Reportage : Prendre le large avec Marius<br>Rencontre de cœur<br>Rêve de liberté<br>Entretien avec Jean-Michel Gremillet : Culture en prison. Un droit fondamental<br></p></div> <div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href=": https://www.cairn.info/magazine-lien-social-2021-3-page-18.htm" class="spip_out"> : https://www.cairn.info/magazine-l...</a></div> Trouble de stress post-traumatique en milieu pénitentiaire https://carceropolis.fr/Trouble-de-stress-post-traumatique-en-milieu-penitentiaire https://carceropolis.fr/Trouble-de-stress-post-traumatique-en-milieu-penitentiaire 2021-04-20T14:03:18Z text/html fr Santé <p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est l'un des troubles psychiatriques les plus fréquents en milieu pénitentiaire, puisque sa prévalence « vie entière » atteint 17,8 % chez les hommes et 40,1 % chez les femmes en détention. Pourtant, le TSPT reste sous-diagnostiqué et peu étudié dans cette population. Cette revue de la littérature propose une mise au point sur l'épidémiologie, les spécificités et la prise en charge du TSPT en milieu carcéral. Certaines caractéristiques épidémiologiques de ce (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Sante-+" rel="tag">Santé</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L112xH150/arton879-2a987.png?1618928131' width='112' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est l'un des troubles psychiatriques les plus fréquents en milieu pénitentiaire, puisque sa prévalence « vie entière » atteint 17,8 % chez les hommes et 40,1 % chez les femmes en détention. Pourtant, le TSPT reste sous-diagnostiqué et peu étudié dans cette population. Cette revue de la littérature propose une mise au point sur l'épidémiologie, les spécificités et la prise en charge du TSPT en milieu carcéral. Certaines caractéristiques épidémiologiques de ce trouble, bien documentées en population générale (prévalence plus élevée chez les femmes, comorbidité fréquente avec les troubles dépressifs et anxieux, majoration du risque suicidaire) sont retrouvées en population carcérale. D'autres aspects sont plus spécifiques de cette population. Notamment, le développement d'un TSPT, suite à la réalisation d'un crime violent, est un phénomène peu connu mais qui semble fréquent, et qui doit être systématiquement exploré par les praticiens exerçant en milieu pénitentiaire. Les TSPT secondaires à des événements traumatiques intracarcéraux doivent également être recherchés. La prévalence élevée du TSPT en détention pourrait s'expliquer par l'exposition des personnes détenues à de multiples événements traumatiques, en particulier dans l'enfance, et par la surreprésentation des facteurs de risque de TSPT dans cette population. Enfin, en France, le dépistage et la prise en charge du TSPT en détention sont actuellement insuffisants. Il est primordial que les dispositifs récemment mis en place (centres régionaux de psychotraumatisme, centre national de ressource et de résilience) intègrent la problématique du TSPT en prison dans leur déploiement.<br></p></div> L'enfant et la prison https://carceropolis.fr/L-enfant-et-la-prison https://carceropolis.fr/L-enfant-et-la-prison 2021-04-20T14:00:00Z text/html fr Détenus mineurs <p>Le nombre de détenus en France n'a cessé d'augmenter depuis les années 1970. Les cliniciens exerçant en détention ont tous observé l'importante augmentation de prévalence des troubles psychiques parmi ces détenus. Dans un tel contexte, bébés, enfants et adolescents pourraient être oubliés, témoins silencieux d'une histoire qui ne serait pas la leur ou acteurs à leur corps défendant. L'incarcération d'un proche, ou leur propre détention ne peut rester sans effet sur leur développement. Comment parvenir à penser (...)</p> - <a href="https://carceropolis.fr/-Bibliographie-" rel="directory">Bibliographie</a> / <a href="https://carceropolis.fr/+-Detenus-mineurs-+" rel="tag">Détenus mineurs</a> <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='https://carceropolis.fr/local/cache-vignettes/L106xH150/arton878-9be08.png?1618928131' width='106' height='150' /> <div class='rss_texte'><p>Le nombre de détenus en France n'a cessé d'augmenter depuis les années 1970. Les cliniciens exerçant en détention ont tous observé l'importante augmentation de prévalence des troubles psychiques parmi ces détenus. Dans un tel contexte, bébés, enfants et adolescents pourraient être oubliés, témoins silencieux d'une histoire qui ne serait pas la leur ou acteurs à leur corps défendant. L'incarcération d'un proche, ou leur propre détention ne peut rester sans effet sur leur développement.<br>Comment parvenir à penser enfance et privation de liberté ? Quels bénéfices secondaires peut-on attendre d'une configuration aussi improbable ? Du bébé qui s'aventure sur le chemin de la vie dans le cadre contraint auquel est assujettie sa mère, à l'adolescent rebelle dont les enveloppes psychiques ne parviennent pas à traiter un envahissement pulsionnel exponentiel, des murs physiques à l'enfermement mental, des portes qui se ferment, confrontant le sujet à un point de butée, à celles qui s'ouvrent à cet autre enfant l'espace d'un instant, pour renouer un lien fragilisé avec son parent incarcéré, pléthore de situations singulières sont considérées au fil de ce numéro.<br>L'historienne Véronique Blanchard nous invite à examiner la question sensible de l'enfermement des mineurs, privilégiée sans faillir en France depuis deux siècles, au gré d'aménagements à visée de protection d'abord, puis d'éducation. La prison serait-elle considérée comme éducative ? Que reste-t-il aujourd'hui des principes fondateurs de l'ordonnance de 1945 ? Quelles réponses la société a-t-elle apportées et apporte-t-elle à ces enfants intranquilles qui transgressent la loi et représentent toujours pour elle une menace, induisant un sentiment d'inquiétante étrangeté ? À l'escompte de quels bénéfices et en référence à quels paradigmes ?<br>Ici s'impose la mention de la colonie pénitentiaire agricole et maritime de Belle-Île-en-Mer, établissement public créé par décision ministérielle du 29 mai 1880, qui recevait de jeunes détenus, acquittés mais non remis à famille ou condamnés à des peines maximales de deux ans. La discipline y était extrêmement sévère et le quotidien des colons ponctué de corvées, de brimades et de violences (Bourquin, 2007). Plusieurs d'entre eux se révoltent en août 1934 et s'évadent. Cette émeute est suivie d'une campagne de presse très virulente et va inspirer à Jacques Prévert (1949) son célèbre poème « Chasse à l'enfant ». En 1945, elle devient un Internat professionnel d'éducation surveillée (ipes), qui fermera définitivement le 1er septembre 1977 – il existait encore alors un « mitard », où ceux qui avaient été rattrapés en tentant de rejoindre le continent à la rame, y étaient enfermés après leur capture durant plusieurs jours, au pain sec et à l'eau.<br>La mise en détention d'un adolescent est ordonnée par un magistrat. Un binôme de juges des enfants, Sophie Legrand et Lucille Rouet, souligne les paradoxes inhérents à l'exercice de cette double fonction, civile et pénale, oscillant au vif de frontières ténues entre protection et coercition. Car l'affiliation au groupe de pairs, les valeurs transgressives partagées, la violence agie et ses puissants effets excitatoires ont une fonction anti-dépressive et protègent de l'effondrement psychique. Des enfants rebelles certes, mais d'abord en souffrance, bafoués, annulés, idolâtrés, malmenés, dont les parcours chaotiques donnent souvent le vertige. Des adolescents désarrimés, carencés, en panne de symbolique, en mal d'altérité, en perte de sens, pris dans les rets d'une société aux assises incertaines, dont les injonctions paradoxales brouillent leurs repères. Des mineurs désaccordés, habités par des mouvements antagonistes d'amour et de haine, dont le passage par l'acte délinquant représente bien souvent un recours ultime à la loi, face à des adultes défaillants. Dès lors, le match se joue serré entre le mineur mis en examen et son juge – incarnation suprême de l'autorité. À charge pour ce dernier d'instaurer une relation de confiance dans une distance suffisamment bonne, qui permette à sa décision de faire sens et de favoriser la responsabilisation du mineur.<br>Les réaménagements psychiques liés à la privation de liberté induisent chez tout sujet, adulte ou adolescent, la mise en place de mécanismes de défense absolument indispensables pour que cette situation extrême et inhabituelle puisse être supportée. Soit le choc carcéral, mais aussi en corollaire la notion de délinquance, revisitée intra-muros par les jeunes détenus. Un psychiatre et pédopsychiatre Guillaume Monod, qui intervient en prison auprès des mineurs, propose un état des lieux expert, entre déni et culpabilité, revendication d'appartenance et travail de secondarisation, consommation de toxiques et crise suicidaire, violence institutionnalisée et temps étiré jusqu'à se figer en temps mort, soulignant en contrepoint la pertinence du travail clinique au sein de l'unité de soin – lieu autonome, préservé, protecteur.<br>Soumis à la confidentialité, cet espace du soin est envié et critiqué par les partenaires, suscitant les fantasmes par sa différence affichée. Il est néanmoins garant de la vie psychique du sujet en prison. Cécile Thomas, psychologue clinicienne ayant exercé de longues années en epm. déroule très pertinemment les tenants et aboutissants de sa pratique auprès d'adolescents incarcérés – histoires de vie singulières, stratégies individuelles face à l'enfermement, tensions institutionnelles, résistances de l'administration pénitentiaire à un exercice qui s'affranchit du secret partagé. Cette dimension du soin échappe de facto à la logique carcérale, en privilégiant le travail de subjectivation – réanimer des sujets sans vie (psychique) et les étayer vers cette prise de risques consentie que représente l'altérité. Soit des enjeux contrastés au vif de l'interdisciplinarité.<br>Un enfant en prison, sans être détenu. Pour éviter les séparations précoces, la loi autorise l'enfant à demeurer auprès de sa mère incarcérée, jusqu'à ses dix-huit mois. L'autorité parentale exercée par cette mère sur son enfant est étudiée par Ariane Amado d'un point de vue juridique. Son exercice est favorisé au préjudice de l'autre parent et sous le contrôle strict de l'administration pénitentiaire. Une telle vigilance ouvre à de nombreux questionnements, puisqu'elle s'exerce à l'endroit de l'enfant – statutairement libre. Sur le même sujet, Corinne Rostaing, professeure des universités en sociologie, nous convie, quant à elle, à une réflexion autour de ce statut – marginal et paradoxal – de mère incarcérée avec son enfant auprès d'elle, questionnant en filigrane l'intérêt majeur de l'enfant. La préservation du lien mère-enfant compense-t-elle la confrontation à cet enfermement drastique sous le regard omniprésent du personnel pénitentiaire ?<br>Naître ne saurait se réduire à l'expulsion d'une matrice. Dans un bref et lumineux récit, Pascale Giravalli, psychiatre, témoigne de sa pratique à la prison des femmes des Baumettes à Marseille en termes d'accompagnement à la naissance et à la maternité dans le contexte carcéral. Sa vignette clinico-institutionnelle rend compte d'un protocole patiemment élaboré au fil des années et met en exergue la pertinence du soin porté à un tel dispositif et l'intérêt de le pérenniser. Sans occulter les tensions diverses émergeant de la confrontation de logiques institutionnelles opposées. Un retour d'expérience enrichi par les observations issues de l'animation d'un groupe de parole au sein d'un smpr en nurserie carcérale, menées par deux cliniciennes Sophie Guillermin et Marie-Noémie Plat, qui examinent les effets de cet aménagement spécifique, dans différentes séquences intéressant la dyade mère-enfant.<br>Un parent en prison. L'enfant hors les murs. Dedans-dehors. Ici et ailleurs. L'impact d'un tel événement, les mots qui manquent ou qui échouent. Les réponses souvent inadaptées de l'entourage familial. Les visites médiatisées de l'enfant à son parent détenu. Le protocole immuable des instances carcérales, la brutalité des parloirs, l'indicible de l'enfermement. Ce qui se (re)joue, se noue, se délite, s'invente, dans le cadre d'une relation reconfigurée. Deux psychologues cliniciens, Gérard Benoist et Florence Duborper, et un éducateur spécialisé, Ludovic Vinciguerra, retracent, au plus près de cette réalité, les parcours complexes et mouvants d'une clinique inventive, empruntant des chemins de traverse – l'accompagnement physique et psychique de l'enfant auprès et au regard de son parent incarcéré.<br>Les liens psychiques peuvent survivre à un éloignement physique. Face à l'incarcération de son parent, comment réagit l'enfant ? Qu'en comprend-il ? Constitue-t-elle toujours un événement traumatique pour lui ? Quelle est sa représentation de cette situation qui le saisit émotionnellement ? Honte, colère, inquiétude, voire anxiété, contredisent-elles l'attachement de l'enfant à son parent ? Autant de subtiles mises en tensions que propose Alain Bouregba, au décours d'une fourmillante réflexion théorico-clinique. Savoir écouter les silences de l'enfant, n'est-ce pas être en capacité d'en accueillir toute la complexité, afin de lui proposer un récit qui lui permette de penser ce qui l'agite ?<br>Enfin, Virginie Tournefier, d'une part, Herminie Leca et Hélène de la Vaissière, d'autre part, nous invitent, par le biais de vignettes cliniques exemplaires, à une réflexion exigeante sur la question de l'infantile, de son statut, du sens psychique de l'acte violent, dans le contexte de l'enfermement – qu'il soit carcéral ou psychiatrique. Renverrait-il à la matrice originelle ? Sont mis en exergue le « trop » ou le « pas assez » dans les premiers liens – la séquestration psychique mortifère d'une figure maternelle destructrice, et tout autant l'absence de miroir dans le regard, le vide intersidéral, l'expérience précoce de l'abandon.<br>La clinique contemporaine évolue. Ce dossier, consacré à « L'enfant et la prison » vise à examiner et à éclairer, par une approche pluridisciplinaire et nuancée, un sujet tout en contrastes et aspérités, fondamental enjeu de société à la croisée de plusieurs champs professionnels.<br>Sans négliger que toute mise en lumière recèle sa part d'ombre.<br></p></div>